ARCHICAMP LOME 2012 : Première édition réussie


Vers l'édification de hubs technologiques Togolais et Africains


                Au cours de ces trois dernières semaines, mon fil d'actualités Twitter, Google + , et Facebook n'avait connu autant de publications. En compagnie de tweeteurs comme Toussine A. Wilfried, σhαnα αnιcεγτ, Dodji Bonaventure, VONSA Bénoît, j'ai essayé tant bien que mal de couvrir un évènement unique en son genre :  l'Archicamp Lomé 2012 (#ArchicampLome). Je les remercie tous, ainsi que ceux dont les noms ne sont pas cités dans cet article mais qui ont contribué d'une manière ou d'une autre à la couverture sur les réseaux sociaux de cet évènement.

Le samedi 11 août 2012, l'apothéose de cet évènement nous a tous réunis au sein de l'école la RELEVE 2000 à Lomé, Tokoin Doumasséssé, 94 Rue Douyoyo. Twitteurs, campeurs, jury et visiteurs étaient là pour assister à la clôture de cet évènement de taille.
Dans cet article, je propose de vous faire un bref résumé de cet évènement avant de vous donner mes impressions et mes pensées quant au futur à réserver aux résultats de l'Archicamp.

Nous voilà enfin au lendemain de l'un des évènements majeurs marquants l'année 2012 en matière de pluridisciplinarité technologiques. Il avait pour nom Archicamp Lomé 2012 "Hub Cité". Organisé par l'association l'Africaine d'Architecture en partenariat avec l'ONG N.A.T.I.V (site non fonctionnel), cet évènement visait non seulement à élaborer des projets de constructions de bâtiments dédiés au numérique dans la ville de Lomé et par exportabilité dans plusieurs régions du Togo et du monde, mais aussi à réunir les acteurs de la communauté TIC togolaise.

Pour cet évènement, l'Africaine d'Architecture à réuni des étudiants et des travailleurs de tout bords spécialisés dans les domaines du savoir tels que : L'architecture, l'urbanisme, la communication, l'informatique, le textile et l'électronique dans le but de mener des prospections sur l'environnement architectural, artisanal, culturel, social et technologique au Togo et au Bénin voisin.
Ouvert officiellement le dimanche 22 juillet 2012 à l'Ecole la Relève 2000 par l'organisateur M. Sename K. Agbodjinou au nom de l'Africaine d'Architecture, cet atelier d'apports interdisciplinaires à permis de découvrir les campeurs venus de la France, du Mali, du Nigeria, d'Italie, de Côte d'Ivoire et du Togo, chacun avec son expérience et son savoir faire dans le domaine de l'architecture, du recyclage, des projets d'urbanisation et de la technologie.
Au cours des trois semaines, trois équipes de campeurs se sont mêlées au quotidien des togolais pour observer leurs habitudes et leurs activités.

Les deux premiers vendredis, chaque équipe a présenté l'état d'avancement de son projet en mettant un accent sur sa spécificité et son apport dans la vision de l'Archicamp de Lomé.  Aussi les trois projets furent baptisés : Akpé Center, e-change, etc. Les critiques constructives, les interrogations des sceptiques et les propositions des participants ont permis tout au long de l'élaboration des projets aux campeurs de mieux parfaire leur projet dans le but d'être le plus en vue et le plus contextuel et conceptuel possible.

Aussi, le samedi 11 août dernier, ont-ils tous présenté les versions "finales" de leurs projets qui ont ravi l'attention des membres du jury parmi lesquels on notait la présence du Directeur de l'ESIAU du Mali, de la Directrice de l'ENSCI-Les ateliers de France, de Maurin Donneau, des personnalités municipales de la ville de Lomé et plus encore, qui se sont retrouvés dans un huis-clos de circonstance pour noter selon des critères bien définis les différents projets. Au sortir de ces discussions, une acceptation majoritaire à permis de porter le choix sur l'équipe Orange et le projet de la baie d'Atikoumé.

Ainsi prend fin ce petit résumé de la trame majeure de l'Archicamp Lomé 2012, pour plus de photos, visitez l'album.

Je m'intéresserai dans la suite aux activités annexes au combien importants qui ont marqué l'Archicamp Lomé 2012.

Le Mixcamp : Blogcamp et Android camp

En parallèle à l'Archicamp qui a avait pour but de penser des espaces technologiques et numériques pour la communauté des utilisateurs togolais, un point d'honneur a été donné à cette communauté de s'exprimer et de présenter ses espérances. Aussi dans le but de mieux appréhender cette communauté de technophiles, internautes, et utilisateurs des TIC du Togo, deux rencontres simultanées ont été organisées: 
Le Blogcamp Togo 2012 (2ème Edition) et un Android Camp (2ème édition).

Pour ce blogcamp, les blogueurs togolais (Sylvio Combey, Wilfried Toussiné, Votre serviteur, et autres) se sont fait accompagnés par la crème des  homologues ivoiriens en matière de publications web : Claudius, Yehni Djijdi, Cyriac Gbogou, Ghislaine Atta, pour ne citer que ceux-là. Au travers de leurs expériences et leurs vécus en matière de blogging, ils ont instruit la communauté togolaise sur les avantages du blog, son utilisation, ses applications et ses possibilités.

Concernant l'Android Camp, les blogueurs et campeurs ont été introduits pour la plupart à la communauté des développeurs et fans de l'Android au Togo. Les membres du GDG-Lomé (ex-GTUG-Lomé) ont présenté l'Android, ses forces, ses avantages et ses applications dans le domaine professionnel et social. Parmi les membres de cette communauté, on peut citer Tiyab Konlambigue, Amen Amouzou, Horacio Lassey. Des T-shirts du GDG-Lomé ont été distribués aux participants et campeurs les plus attentifs et les plus endurants..

LE WoèLAB : Premier Fablab Togolais
Autre attraction majeure de cet Archicamp était la mise en place du premier fablab communautaire Togolais baptisé "Woèlab". Ce Woèlab est un espace dédié à l'artisanat technologique, au bricolage et hacking dans le sens premier et positif du terme.

Sous la supervision de Maurin Donneaud, designer interactif, les campeurs se sont vus introduits aux principes cartésiens et à l'impression tridimensionnelle. Pour cela le premier RepRap (Imprimante 3D) a été monté et testé par les jeunes campeurs férus de tech et d'innovations. Ce Woèlab est l'une des innovations technologique et se veut être le lieu de rencontre et de travail collaboratif du hackerspace togolais. Outre l'imprimante 3D désormais fonctionnelle, des équipements de pointe sont mis à la dispositions des utilisateurs du Woèlab pour réaliser leurs travaux.

Je m'arrête là pour donner mes impressions et quelques unes de mes attentes.

Pour le féru du net et des TIC que je suis, l'Archicamp est une aubaine, car il m'a permi de jeter un regard sur la communauté des jeunes architectes africains et Européens.

Cette manière de travailler ensemble à l'édification d'un futur sans aucune considérations religieuses et régionales est l'une des choses qui m'a vraiment frappé, ce qui m'a permis de voir en action un vrai espace collaboratif  qui a découlé en une entente amicale et fraternelle entre des individus de réalités différentes.

Ces évènements qui abordent l'esprit de l'Archicamp sont à encourager. Loin des clivages sociaux-politiques, culturels et religieux  une communauté forte et solide peut se construire autour d'un idéal commun et unificateur : le numérique. L'Archicamp en est l'exemple.

Je tiens à remercier l'Africaine d'Architecture, l'ONG N.A.T.I.V et le GDG-Lomé pour cette collaboration qui a produit l'Archicamp, le Blogcamp et l'Androidcamp. Ce concept du « All-in-one » est ce qu'il faut développer dans nos communautés.

Pour ma part je reste membre et sympathisant de la Communauté Togolaise Utilisatrice des TIC, mais là où je sentirai un co-working dans l'organisation de tout évènement, j'essaierai d'apporter ma contribution.

 J'invite ici mes amis du Web Togolais et tous ceux qui s'intéresse au futur de la jeunesse togolaise et à son édification en communauté à participer activement à la mise en forme de cette communauté. Et pour terminer je veux vous faire parvenir un message:
"Au Togo, les hommes sont là, il ne reste plus qu'à les mettre en réseau"

Car la vision que j'ai est celle d'un réseau d'associations, tout secteur confondus, utilisant tous les technologies nouvelles dans leurs activités qui se mixent sans aliénation mais avec évolution pour révolution numérique togolaise et africaine.

Et à l'année prochaine!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire